Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La prochaine réunion :

Livres-tout-autour-de-la-terre.png

   

Le : Jeudi 3 avril à 18h

  Lieu : nous contacter par courriel


lire.echanger [at] gmail.com

 

Thème : Jacques Chessex


 

Les réunions sont ouvertes à tous


Recherche

3 mars 2012 6 03 /03 /mars /2012 19:02

 

 

Soie est un conte , un conte qui ne répond pas aux critères littéraires habituels.

 

Soie est ancré dans l'histoire de la deuxième moitié du XIXème siècle. L'industrie textile démarre avec l'installation des filatures et centres européens de sériciculture et filage de la soie. Pour les Européens (p.18) « début de cette curieuse aventure industrielle », pour les Japonais, après deux siècles d'enfermement total et de refus de tout contact avec le monde extérieur, (seuls les Chinois et les Hollandais peuvent tenir comptoir à Nagasaki), en 1853 (p.25) les relations commerciales avec l'extérieur se normalisent un peu.

On note plusieurs fois la référence à Pasteur, l'ouverture du canal de Suez est mentionnée qui va changer les liaisons internationales.

 

Deux fois, A. Baricco fait allusion au récit épique de Flaubert, Salammbô paru en 1862. Il me semble que cette citation accentue encore la délicatesse et la légèreté du texte contemporain par  comparaison à l'évocation féroce de Carthage et des horreurs de la guerre dans laquelle deux êtres qui s'aiment, Mathô, chef libyen, le Barbare et Salammbô, la fille d'Hamilcar, sacrilège qui osera toucher le voile sacré qui assure la victoire aux Carthaginois, vont disparaître : c'est l'histoire de la Ville plus que celle des deux amants qui occupe Flaubert dans cette fresque gigantesque.

 

Pour moi, Soie, c'est le choc de l'amour fou, de la passion érotique, d'un homme pour une femme qui n'a que des yeux et pas de voix (p.54) « il sentit la légèreté d'un voile de soie venir se poser sur lui. Et les mains d'une femme-d'une femme- qui l'essuyaient en caressant sa peau, partout ces mains et cette étoffe tissée de rien. » Et c'est ainsi que je comprends le titre, nom commun devenu, sans déterminant, synonyme de cette folie amoureuse, bien loin des vers à soie et de l'épouse légitime. Alors peut-on chercher une morale à cette Histoire ????

 

 

Autre article sur le même sujet :

 

Conte, conte philosophique (1) : réunion du 1er mars 2012

Conte, conte philosophique (3) : réunion du 1er mars 2012

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires