Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La prochaine réunion :

Livres-tout-autour-de-la-terre.png

   

Le : Jeudi 3 avril à 18h

  Lieu : nous contacter par courriel


lire.echanger [at] gmail.com

 

Thème : Jacques Chessex


 

Les réunions sont ouvertes à tous


Recherche

11 août 2012 6 11 /08 /août /2012 15:02

 

 

J’ai abordé « Les Ales » en deux temps. Dans une première approche, je me suis accrochée aux significations, aux bizarreries par rapport au connu, j’ai « glosé » sur les manques (pagination, chapitres…). Et puis, et puis… j’ai abandonné tout cela, pour regarder cette proposition littéraire et picturale d’un œil différent, moins superficiel.

 

« Les Ales » est une histoire de chasse dessinée par Scomparo mettant en scène une espèce de contraire des culs-de-jatte : des entités privées de têtes et de torses. Je leur devine une grande agilité des jambes et des cuisses. C’est Céline Minard qui fait parler tout ce beau monde issu de la vase. Les mots et les histoires, avec queue mais sans tête, viennent à la surface comme des bulles… de bandes dessinées ? …non, de chasse dessinée… Nos rabougris du monde des fées disent un peu n’importe quoi mais c’est drôle, inattendu, humoristique, scatologique parfois, morbides quand les grenouilles avancent « décapitées avec la tête sous le bras ». Un régal ! Cécile Minard revisite les expressions familières (« sœur de vase, huile de coudre »...), jongle avec la langue et c’est magnifique.

 

J’ai beaucoup ri aussi en pensant à notre monde, à notre époque qui se prétend moins vaseuse ! C’est, en tous cas, plus facile de fermer l’oeuvre Minard/Scomparo ou d’arrêter la radio que d’écouter certaines inepties produites par des congénères dont je suis qui se croient non rabougris du bulbe.

 

Ce qui est certain, c’est que j’étais ravie de cette invitation à ma première chasse, moi qui déteste les chasseurs. La prodigalité verbale et le dessin dynamique ont activé une fermentation de souvenirs… Dans l’enfance, j’aimais jouer avec les mots et inventer des phrases sans sens. Parfois même, cela m’épuisait… Alors là, c’était gagné…

 

Dans « Les Ales », j’ai retrouvé Dagobert qui ne parlait pas de sa culotte et d’autres et d’autres… historiques et homéopathiques ( !). Les Ales m’a mis la tête à l’envers et donné des fous rires pour la remettre à l’endroit ! Une énergie de l’au-delà…

 

 

 

 

Rappel : Céline Minard était l'invitée des Rencontres Littéraires de la FACIM 2012 et l'invitée également de la Médiathèque de St Jean de Maurienne en mai dernier (même si elle n'était finalement pas venue...). C'est dans le cadre du club lecture de la médiathèque que nous avions lu plusieurs oeuvres de C. Minard dont Les Ales, à qui notre camarade-lectrice à distance vient de rendre un joli hommage dans son article. 

 

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires